Gaël Leiblang/Thibault Amorfini

www.lestreiziemes.com


Résumé

Tu seras un Homme papa est une histoire vraie. C’est autour de la couveuse de Roman, né prématurément, que va se tisser ce récit bouleversant d’une famille mise à l’épreuve 13 jours durant. Sur scène, Gaël Leiblang nous plonge dans le journal de bord d’un père qui se bat pour trouver le chemin de la résilience. Écrite avec pudeur, la pièce est racontée en éclats fragmentés à travers l’allégorie du sport. Une manière pour cet ancien journaliste sportif de nous arracher à la réalité désincarnée de l’hôpital. Le sport pour affronter ses peurs et mener cet inconcevable combat, la perte de l’enfant. On ne sort pas indemne de ce témoignage sensible, on en sort plus vivant que jamais. Tu seras un Homme papa est une expérience de théâtre unique.


Note d’intention

En 2014, est né Roman. Notre premier fils. Né avec un syndrome grave, rare, nous l’avons accompagné dans une unité de soins palliatifs avec amour et bienveillance, pendant les treize jours de sa courte existence. Alors que la vie de notre fils nous échappait, j’ai instinctivement pensé au théâtre. Cette expérience, terriblement dure, singulière dans son déroulement, m’a donné envie d’écrire. Raconter ces quelques jours sur terre, treize jours exactement. Raconter cette courte vie. Raconter l’histoire de ce petit corps. Raconter le cheminement d’une douleur et ce profond bouleversement de mon âme. J’ai donc commencé à écrire un texte il y a deux ans, davantage dans un souci de garder une trace du déroulé des évènements et d’une multitude de détails, que dans une optique de récit pure. Puis, il a fallu faire son deuil, se relever et avancer. Durant cette résilience, le travail d’écriture ne s’est jamais arrêté. Le texte s’est affiné, allégé. J’ai réussi à prendre la bonne distance par rapport à ce drame, tabou dans la société. La naissance d’une petite fille en 2016, un souffle de vie, m’a permis d’aller encore plus loin dans le récit, de flirter avec l’imaginaire et d’ajouter une forme d’onirisme. Car c’est finalement mon fils qui m’a permis de devenir un homme. Un long travail de préparation physique et de mise en scène a apporté le cadre qui a permis, petit à petit, que ce projet théâtral prenne forme. Gaël Leiblang


Portrait

Auteur, réalisateur puis producteur de documentaires pour la télévision depuis quinze ans, le parcours de Gaël Leiblang illustre une recherche permanente. Il privilégie l’immersion dans des univers très éclectiques, afin de rencontrer des gens authentiques, chercher à les comprendre, capter les moments importants d’un parcours de vie et être présent dans les instants où la vie bascule. Que ce soit en tournage ou dans la salle de montage, sa quête est celle de l’émotion qui s’installe au cœur d’une structure narrative solide.
En 2012, son documentaire Usain Bolt : le plus rapide est largement salué par les professionnels et le public.


DISTRIBUTION

texte et interprétation Gaël Leiblang
mise en scène Thibault Amorfini / Cie Les Treizièmes

création lumières Boris van Overtveldt
création sonore Cédric Soubiron
chorégraphie Aurélie Mouilhade 

durée 1 h


PRODUCTION

production Gab Gab Productions
coproduction La Compagnie des Treizièmes
avec le soutien de Groupe Éléphant et de l’Association SPAMA
Le texte est édité aux éditions Le Passeur.


DOSSIER DE PRESSE


photo

crédits photos Véronique Fel


CALENDRIER

04 juin 2018 à 20 h • Théâtre de l’Oeuvre • Paris
06 > 29 juillet à 17 h 25 • Théâtre La Luna • Avignon
24 octobre au 08 décembre à 21 h  Le Lucernaire • 
Paris