ACCR

www.accr-europe.org


/ POUR UN PATRIMOINE VIVANT

Le mois de juin s’est ouvert avec les « Rendez-vous aux jardins », manifestation nationale et européenne à laquelle s’associent chaque année une dizaine de Centres Culturels de Rencontre, cette année sous le signe de l’écologie avec la thématique « Les jardins face au changement climatique ».
Que peuvent nous apprendre les jardins face aux enjeux que nous rencontrons aujourd’hui ? Paradis perdus ou réserves de biodiversité, d’innovation et de créativité ?
Avec les CCR, l’Association des Centres Culturels de Rencontre promeut le patrimoine vivant en mettant en valeur la biodiversité et le paysage au cœur des sites remarquables. La préservation du bâti ne va pas sans le respect de l’environnement : mobilités douces, restauration des monuments, usage des énergies sont autant d’interrogations communes portées par les CCR, terreaux fertiles de réflexions et d’expérimentations.
En 2022, l’ACCR s’engage et lance une réflexion conjointe au sein du réseau des CCR autour de l’écologie. Ce projet de « charte verte des CCR » a pour ambition d’initier une discussion commune sur la réduction de l’empreinte environnementale des CCR et de partager les questionnements et les bonnes pratiques.

Ouverture du « Cercle immense » de la Saline royale, laboratoire des métiers du paysage

Depuis le 4 juin 2022, les visiteurs de la Saline royale d’Arc-et-Senans peuvent découvrir la seconde partie du « Cercle immense » rêvé par l’architecte de la manufacture de sel, Claude-Nicolas Ledoux.
Ce projet unique d’évolution du site UNESCO en un îlot de biodiversité inspiré par la « ville idéale » de l’architecte enrichit le parcours de visite de 5 hectares grâce à un aménagement paysager conçu par l’agence Mayot & Toussaint et par Gilles Clément.
Fidèle à son ambition d’éducation et d’insertion des jeunes, la Saline royale a impliqué dans les travaux des étudiant·e·s paysagistes qui se sont succédé·e·s pendant plusieurs mois pour vivre une expérience en immersion totale à la Saline royale. Chaque année, ce sont elles et eux qui imagineront les jardins éphémères qui composent le Festival des jardins.
La Saline royale se place ainsi comme un laboratoire des métiers du paysage et de la biodiversité alliant expérimentation, économie circulaire de recyclage et de réemploi, pédagogie et haute qualité environnementale.

Les 30 ans du Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire

Après 30 ans (1992-2022) de créations suscitées par des thématiques historiques ou poétiques, pédagogiques ou écologiques, le temps n’est-il pas venu de réfléchir à ce que serait ou devrait être le « jardin idéal », en un temps où notre relation avec la nature et le végétal a considérablement évolué, en raison de l’urbanisation intensive, du réchauffement climatique, du désir accru de nature et des inquiétudes alimentaires.


/ LES RENCONTRES D’AMBRONAY

Jeunes créateurs et insertion professionnelle – entre mobilité européenne et circuits courts

Les rencontres d’Ambronay interrogent le rôle des mobilités, locales et internationales, dans le lancement des carrières. Elles explorent les conditions propices à l’installation de jeunes créateurs contribuant à la qualité de vie au-delà des espaces métropolitains. Si sur un même territoire, les imaginaires et méthodes de travail cohabitent et se croisent, comment favoriser l’inspiration réciproque pour créer localement et durablement ? Comment les territoires ruraux, espaces pluriels de coopération, s’inscrivent-ils dans une dynamique européenne ?
La parole sera donnée à différents acteurs de terrain, habitants, artistes et acteurs culturels, artisans et agriculteurs, afin de collecter les expériences, apporter des témoignages et entrer en dialogue avec les chercheurs qui s’intéressent aux questions de ruralité, d’insertion professionnelle et d’international.
Imaginer de nouvelles formes de coopérations, inspirer de nouveaux parcours, échanger des bonnes pratiques et innover : autant d’objectifs pour ces rencontres riches en échanges et rythmées par des concerts et représentations artistiques.

Du 19 au 21 mai au Centre culturel de rencontre d’Ambronay (01).
>>> Dossier
>>> Podcast

©Bertrand Pichène



/ L’ASSOCIATION

Créée en France en 1973 et reconnue d’utilité publique dix ans après, l’Association des Centres culturels de rencontre (ACCR) rassemble, en 2022, 21 membres français et une vingtaine de membres dans le reste du monde. Elle est présidée par Hubert Tassy depuis décembre 2021.
Lieux de patrimoine dédiés à des projets artistiques, culturels et scientifiques novateurs, ces membres sont fortement impliqués dans la promotion du secteur culturel, dans l’éducation, et dans les enjeux de développement territorial. Consacrés par le label d’Etat « Centre culturel de rencontre » (CCR), ils disposent, de même que l’Association, du soutien du ministère de la Culture français.

L’Association des Centres culturels de rencontre a été créée pour animer et coordonner l’action des CCR. Elle a également l’ambition de développer dans le monde le réseau des Centres culturels de rencontre, favorisant ainsi leur rayonnement régional, national et mondial à partir de leur enracinement local.

/ LES MEMBRES

/ PATRIMOINES VIVANTS ET CRÉATION ARTISTIQUE

Les CCR regroupent des sites à la valeur patrimoniale remarquable, des monuments historiques exceptionnels aux sites patrimoniaux majeurs ou plus intimes. Une évolution se dessine aussi vers la prise en compte des paysages, patrimoines immatériels, naturels et architecturaux plus récents. Les CCR se réunissent aujourd’hui autour d’une vision contemporaine de ce qu’est et de ce que peut apporter le patrimoine : ils permettent un dialogue entre le patrimoine, la création et la réflexion intellectuelle ainsi qu’entre les différents domaines artistiques. En soutenant des formes artistiques et des artistes émergents, les CCR contribuent à la construction de la mémoire des sites et de leurs récits. Les monuments sont ainsi vecteurs de projets innovants, pensés comme des lieux d’apprentissage de soi et du monde.

La spécificité de ces projets culturels exigeants alliant patrimoine et création se traduit notamment par l’importance des résidences et tout ce qui habite le patrimoine l’année durant (moments forts de diffusion comme les festivals, week-end, expositions, colloques ou débats ; (co)production en amont de la création).

/ DROITS CULTURELS ET INNOVATION DÉMOCRATIQUE

Menant un travail dans l’esprit de la Convention de Faro, les CCR font rayonner les droits culturels en permettant aux habitants d’interroger la notion de patrimoine, de s’approprier les sites et de créer des récits pluriels autour des monuments. Un espace dans lequel chacun peut prendre sa place est créé autour de ces édifices sans véritables murs, lieux de transmission de la mémoire. En tant que lieux d’innovation et de participation citoyenne ouverts sur le territoire, les CCR cherchent également à répondre à des urgences sociales, territoriales et éducatives. Ce sont à la fois des espaces de réflexion qui permettent d’interroger les problématiques contemporaines et des structures engagées dans des projets sociaux qui s’appuient sur le patrimoine et vont au-delà de l’artistique.

/ ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE

Les CCR ont pour objectif la transmission de savoirs par le patrimoine. Ils sont engagés dans une démarche d’inclusion pour transmettre l’expérience artistique tout au long de la vie. Les CCR sont des structures impliquées dans l’éducation artistique et culturelle et les pratiques amateurs qui ont su fédérer de nombreux acteurs sociaux et éducatifs (Éducation Nationale, rectorats, universités, centres sociaux, centres pour handicapés, acteurs de l’insertion, etc.) pour mener à bien des actions telles que des stages, formations, masterclasses, des actions de médiation ou d’insertion professionnelle. Ils permettent d’entretenir un lien durable et marquant avec le patrimoine, un rapport personnel à la culture essentiel dans la construction des parcours de vie.

/ RURALITÉ, TOURISME ET DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL

Les CCR sont pour la majorité implantés dans des territoires ruraux et périurbains, souvent éloignés des grands centres. Du fait de leur implantation, les CCR développent un ancrage territorial fort et constituent des pôles ressources sur les territoires. Ils permettent un maillage entre acteurs des territoires : les acteurs éducatifs, culturels, scientifiques et économiques locaux, ainsi que les habitants et les artistes qui se rencontrent pour devenir des écosystèmes créatifs. En tant qu’acteurs de proximité, les CCR ont un rôle important de cohésion sociale par la culture. Ils permettent la réflexion et l’exploration d’imaginaires et de récits communs par les habitants, et voient émerger des programmes artistiques et culturels de territoire. Ce sont également des acteurs touristiques imaginant des formes innovantes de tourisme culturel, à la fois inclusives et participatives, et qui contribuent fortement à l’attractivité des territoires.

/ RÉSIDENCES, INTERNATIONAL, HOSPITALITÉ

Les CCR constituent un réseau international, représenté dans 15 pays et sur 5 continents. Lieux de résidences d’artistes, de chercheurs et de professionnels de la culture, ils développent une politique d’accueil, favorisant la création et les échanges transdisciplinaires. Le cadre partenarial et multipartite fait partie de l’identité des CCR, qui mènent des échanges et coopérations en France, en Europe et souvent à l’international. Certains ont aussi développé une politique forte de programmes européens. Avec la pandémie, des modalités à distance ont pu être trouvées. L’ACCR gère, avec le ministère de la Culture, trois programmes de résidence : Odyssée est destiné aux artistes étrangers, Nora aux artistes réfugiés en France et, en partenariat avec l’Institut français du Liban, NAFAS, destiné aux artistes libanais. Ils prennent une part active à de nombreux projets européens tels que les projets Erasmus+ ARIIP et People Places and Stories, la Présidence française de l’Union Européenne, ou encore le programme ARTES.

/ ÉCOLOGIE, DÉVELOPPEMENT DURABLE ET JARDIN

Les CCR favorisent l’accès à des sites patrimoniaux et paysages remarquables dont la conservation nécessite d’allier développement durable et respect de l’environnement. Le tourisme durable, les mobilités douces, les travaux de restauration dans une perspective verte, l’usage des énergies sont autant d’interrogations communes pour les CCR. Cette attention à l’écologie est d’autant plus importante du fait de l’implantation des CCR dans des territoires souvent ruraux, parfois en bordure de forêt ou en montagne. Le projet de chaque site entre en interaction avec son environnement, dans le souci de garder un rapport à la nature harmonieux et épanouissant. De nombreux CCR comptent également des jardins, avec une attention particulière portée à la richesse du vivant et aux saisonnalités.