Bouba Landrille Tchouda
Cie Malka

ciemalka.com


LE SPECTACLE

Ce titre signifie, Bruits en portugais (brésilien). Il faut ici le prendre et l’entendre comme une expression issue des quartiers populaires. Ainsi, lorsque quelqu’un nous baratine, nous raconte des mensonges, parler pour ne rien dire, on dit en Afrique qu’il fait du bruit…
Au Brésil, on utilise ce mot pour parler de vacarme, des sons et bruits de la ville.

Généralement le bruit se définit par la gêne qu’il produit, il est donc ce qui doit être exclu de l’espace, du quotidien. Il est ce qui doit cesser lorsque les lumières s’éteignent sur la ville et du silence qui doit alors régner. Il est ce que l’on refuse d’écouter, bruit de son voisin, du métro souterrain, des gens qui dansent… Bruits des autres !

Mais ces bruits qui dessinent un fond sonore et indiquent la persistance du monde et du temps qui passe sont pour moi, des vibrations et des rumeurs du monde. Ils nous racontent aussi notre société. Avec Barulhos, je cherche à capter avec le corps, l’énergie de ces fragments, ces craquements du monde.


LA COMPAGNIE

« J’ai besoin de croiser des gens différents au quotidien. Ma danse est inspirée du melting-pot de la société que j’aime observer. »
Bouba Landrille Tchouda

La compagnie Malka poursuit une réflexion en mouvement autour du rapprochement des danses, des langages, des communautés, des hommes, à travers l’énergie des danses urbaines :
« Notre danse est une danse pour dire, une danse d’ouverture et de métissage, une danse au-delà des frontières, une danse qui s’est aussi nourrie des courants qui ont traversé les danses du vingtième siècle. »

Bouba Landrille Tchouda est un danseur intense et un chorégraphe réfléchi. Il aborde la danse sous une multitude de facettes et mène un travail puissant qui mêle le hip-hop, la capoeira et la danse contemporaine. Son parcours métissé, fait de rencontres originales, alimente son exploration des infinies possibilités du langage de la danse, cherchant à en repousser ses limites, à dépasser les barrières de genres. Il collabore avec des artistes aux esthétiques diverses dont la compagnie Accrorap en tant que danseur-chorégraphe ou le chorégraphe Jean-Claude Gallotta avec lequel il crée le duo SMH, et plus récemment avec le Cirque Plume et les Grandes Personnes. Il fait partie de ces danseurs-chorégraphes issus de la mouvance hip hop qui a su développer une écriture chorégraphique contemporaine singulière.

Le chorégraphe est nommé Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres en 2015. Il créé Boomerang à la Maison de la danse à Lyon en 2016, où il est artiste associé (saison 2016/2017).

En 2019, Bouba crée un portrait chorégraphique, J’ai pas toujours dansé comme ça. Avec la complicité artistique du metteur en scène Nasser Djemaï.

Avec Miracles, créé  en 2020 dans un contexte de crise sanitaire, le chorégraphe défend l’idée d’une danse sous influence, en réaction à d’autres éléments, à l’autre… un spectacle sensible et humaniste.

Les tournées nationales et internationales qu’il effectue lui permettent aujourd’hui de se positionner en tant que chorégraphe au-delà de nos frontières.


L’ÉQUIPE

Direction artistique chorégraphie Bouba Landrille Tchouda
Assisté de Lyli Gauthier
Interprétation en cours
Musique Yvan Talbot
Scénographie Rodrigue Glombard
Lumière Fabrice Crouzet
Costumes Claude Murgia
Régie son Victor Severino

Production : Compagnie Malka

Coproduction (en cours) : Centre chorégraphique national de Rillieux-la-pape,  MC2 : Grenoble, Scène nationale, Château Rouge Annemasse, Le Grand Angle de Voiron, Forum Meyrin (Suisse)

Soutiens de : Le Rive-Gauche, Saint-Étienne-du-Rouvray – Cie la Baraka, La Chapelle – Abou Lagraa & Nawal Aït Benalla


DOSSIER DE PRESSE


PHOTOS

©Cie Malka


CALENDRIER

11 et 12 octobre 2022 / MC2:grenoble, scène nationale (38)
13 et 14 octobre 2022 / Château Rouge, Annemasse (74)
18 octobre 2022 / Théâtre Jean Vilar, Bourgoin Jaillieu (38)
2 et 3 décembre 2022 / Festival danse Métisses – CDCN Touka Danses – Guyanne