COMPAGNIE LE FESTIN

Création 2022

www.lefestin.org


D’APRÈS LE ROMAN D’ARNO BERTINA

Un matin de septembre, Pascal Montville, secrétaire d’État à l’industrie, vient à la rencontre des salariés d’une usine dont la délocalisation semble quasiment entérinée. C’est en fait sa troisième visite à La Générale Armoricaine, où l’on équarrit, découpe et transforme des volailles exportées en totalité vers l’Arabie Saoudite. Ni le préfet ni la direction du site ne cautionnent cette intervention de la dernière chance, pour laquelle il ne veut être accompagné que de Céline Aberkane (une conseillère, ancienne syndicaliste).
De fait, à peine entré dans l’arène, le responsable politique va faire face à une assemblée hostile qui décide de le séquestrer.
Une fois les portes cadenassées et leur « hôte » mis à l’écart dans un bureau, le roman devient un huis-clos choral, et les salariés malmenés se découvrent du souffle. Des débats houleux se tiennent dans le hall, en présence de Montville, qui comprend que ses convictions de gauche, sincères, s’exprimeront mieux dans le dialogue avec ces salariés plutôt qu’au ministère et à l’Assemblée Nationale. Dans l’usine désormais cernée par les forces de l’ordre et les journalistes, la lutte collective hisse haut les étendards de la colère et de la joie, en préparant un baroud d’honneur revendicatif et festif (un barbecue géant doublé d’un concert de jazz virant au carnaval, avec quelques majorettes venues soutenir les salariés en grève).
À la préfecture comme au sommet de l’État, c’est la stratégie du pourrissement qui est choisie. Des boules puantes sont aussi lancées (une ou deux diffamations concernant le Secrétaire d’État) qui vont ruiner la confiance que les salariés commençaient à accorder à l’homme politique. À compter de ce moment-là, la relation de l’otage au reste du groupe va progressivement devenir folle, l’engagement sincère de l’un tournant en sens contraire de la colère réelle et sincère des autres – jusqu’à la tragédie, jusqu’à la catastrophe finale.
 

ANNE-LAURE LIÉGEOIS

Metteuse en scène de théâtre, Anne-Laure Liégeois signe aussi la scénographie et les costumes de la plupart de ses spectacles. Elle s’intéresse particulièrement dans ses créations au thème du pouvoir et du jeu des corps. Elle tisse dans chaque spectacle un lien privilégié avec la peinture et le cinéma.

En 1992, elle traduit Le Festin de Thyeste de Sénèque en conclusion de ses études de Lettres Anciennes et l’adapte pour la scène. Puis elle crée Le Fils de Christian Rullier, forme spectaculaire avec 50 comédiens se jouant dans des lieux industriels désaffectés. C’est son premier spectacle déambulatoire. Embouteillage (2000), spectacle de route pour 27 auteurs, 50 acteurs et 35 voitures, ou Ça (2005), vaste dispositif pour plaine et clairière conçu sur le principe de La Ronde de Schnitzler, illustreront son goût pour ce type d’expériences théâtrales.

En 2003, elle est nommée à la direction du Centre Dramatique National d’Auvergne qu’elle quitte en 2011 à la fin de ses trois mandats. Elle reprend alors son activité en dirigeant la compagnie Le Festin.

Ses mises en scène font autant appel à des textes contemporains (Patrick Kermann, Pierre Notte, Rémi De Vos, Noelle Revaz, Roland Dubillard, Georges Perec….) qu’à ceux d’auteurs du Répertoire : Molière (Don Juan), Euripide (Electre), Marivaux (La Dispute), Sénèque (Médée), Christopher Marlowe (Edouard II), John Webster (La Duchesse de Malfi)…. Son travail d’écriture pour la scène l’associe régulièrement à des équipes d’auteurs qu’elle inclut dans des formes composites (Ça, Embouteillage, Karaoké, Les Rencontres de Hérisson 2007-2011).

Entre 2010 et 2013, elle crée à La Comédie Française, Burn Baby Burn de Carine Lacroix, Le bruit des os qui craquent de Suzanne Lebeau, Une Puce, Epargnez-la de Naomi Wallace (entrée au Répertoire), La Place Royale de Corneille.

Elle a traduit pour les jouer : Sénèque, Euripide, Marlowe, Webster, Lenz.

Elle a mis en scène, avec le Centre lyrique Clermont-Auvergne, Le Téléphone de Menotti, Le secret de Suzanne de Wolf-Ferrari, Rita de Donizetti, Un mari à la porte d’Offenbach et Acis and Galathea de Haendel. Avec Musiques Nouvelles et le Manège-Mons La Toute Petite Tétralogie, livret de Michel Jamsin et commande à quatre compositeurs : Jean-Paul Dessy, Stéphane Collin, Raoul Lay et Pascal Charpentier. Elle a souvent fait participer à ses mises en scène des chanteurs et des musiciens.

En 2014, elle crée Macbeth de Shakespeare. En 2015, elle monte Les Époux de David Lescot et reprend The Great Disaster de Patrick Kermann. L’année suivante elle adapte et met en scène Don Quichotte d’après Cervantès. À l’occasion du Festival d’Avignon 2017, elle propose avec Christiane Taubira le feuilleton On Aura Tout au jardin Ceccano avec des amateurs locaux et des élèves du Conservatoire National Supérieure d’Art Dramatique (CNSAD). La même année elle s’associe à la troupe circassienne historique Pagnozzo au cours d’une expérience inédite de création : J’accrocherai sur mon front un as de coeur. En 2018, elle adapte Les Soldats de Lenz (adaptation parue aux éditions esse que) et Lenz de Büchner et met en scène La veillée de l’humanité à Chaillot – Théâtre national de la danse. En 2019, elle crée Roméo et Juliette de Shakespeare en français, darija et arabe classique pour une troupe franco-marocaine à Marrakech.

Anne-Laure Liégeois est artiste associée à la Maison de la Culture d’Amiens, au Cratère Scène nationale d’Alès et aux Trois Théâtres – Scène conventionnée de Chatellerault.


PRODUCTION-DISTRIBUTION

D’après le roman d’Arno Bertina
Mise en scène et scénographie Anne-Laure Liégeois
Adaptation Anne-Laure Liégeois, Arno Bertina
Avec Sharif Andoura, Alvie Bitemo, Olivier Broche, Olivier Dutilloy, Anne Girouard, Norah Krief, Agnès Sourdillon, Olivier Werner, Laure Wolf, (en cours)
Lumières Guillaume Tesson
Images Jean-Marc Moutout
Costumes Séverine Thiébault


Administration et production Mathilde Priolet
Production Le Festin – Compagnie Anne-Laure Liégeois
Coproductions Le Volcan – Scène nationale du Havre / Le Cratère – Scène nationale d’Alès / Maison de la Culture d’Amiens – Pôle européen de création et de production / Théâtre de l’Union – CDN du Limousin / Manège Maubeuge, scène nationale transfrontalière / Scène nationale de l’Essonne, Agora-Desnos


DOSSIER DE PRESSE


PHOTO




©Olivier Frégaville


CALENDRIER

En cours de création