VANESSA BETTANE & SÉPHORA HAYMANN
Cie Mare Nostrum

ciemarenostrum.com


NOTE D’INTENTION

Ce spectacle raconte le parcours de deux femmes qui doivent faire face à la différence de leurs enfants. Des enfants qui ne rentrent pas dans les cases attendues, qui déstabilisent leur environnement. Tics, dyspraxie, précocité… Des premiers signes des troubles au diagnostic en passant par la nouvelle appréhension de la vie qui les attend, nous traversons avec elles les questionnements, doutes et prises de conscience qui vont de pair avec l’identité de leurs enfants.
Il ne s’agira pas de transformer ces différences en une force ni de montrer des mères courages sacrificielles mais bien de composer avec le réel, ce qui est, ce qu’ils sont.

La différence pose la question de la norme. De quelle norme s’agit-il ? Celle d’un monde qui brandit des modèles rigides, normatifs à l’image de ceux du dominant ? Qu’est-ce qu’être normal dans un monde malade ? Sortir du cadre met nécessairement en lumière sa défaillance.

Voilà le cœur de ET LEURS CERVEAUX QUI DANSENT.


LE SPECTACLE

Raconter l’histoire d’une différence.
Nos enfants, Alma et Joshua, présentent des spécificités d’ordre neurologique qui nous obligent au quotidien à nous poser la question de la norme et du flot de problématiques qui en découlent (rapport à l’éducation, à l’école, à la famille, regard de l’autre…).
Ils nous proposent un regard sur le monde inattendu et déstabilisant, nous qui sommes debout, sur le fil de leurs cerveaux qui dansent. Alma et Joshua nous ont nécessairement conduit à nous poser la question de la norme et de la différence. Nos enfants sont différents. Mais ne le sont-ils pas tous, d’une façon ou d’une autre ? Comment en tant que jeune mère faire l’expérience du désir profond d’engendrer « l’enfant parfait », « exceptionnel » dans le sens hors norme qui se mue, une fois réalisé, en une volonté farouche à revendiquer le droit de passer inaperçu, de rentrer dans les cases, de ne pas faire de vague.

Comment concilier ces deux aspirations contraires ? Un parcours entre tentative d’invisibilité et surinvestissement de l’attention.
Est-ce que la différence constitue un handicap ? Au fond, qu’est-ce que le handicap ? Comment situer son rapport au réel ? A ce que l’on attend de nous, en tant que parents ? En tant qu’enfants ?
Comment faire entendre notre droit à passer inaperçu ? A être ce que nous sommes chacun, intrinsèquement, selon ses possibles, dans un monde social qui nous impose, jour après jour, un couloir de plus en plus restreint de ce qu’est – doit être – la norme.


UN PROCESSUS DE CRÉATION PARTICULIER

Il s’agit ici de notre troisième création. Depuis notre premier spectacle, nous concevons, écrivons et jouons nos créations à partir de nos propres histoires, avec pour objectif de brouiller les limites réalité/vérité/fiction. Un de nos enjeux principaux est l’érosion du point de bascule entre la réalité et la fiction.

Si nous avons choisi l’écriture au plateau et la dramaturgie plurielle, c’est pour deux raisons essentielles :
1. Le fond : nous travaillons une forme de théâtre documentaire
2. La forme : nous écrivons en direct au plateau et certaines séquences du spectacle sont en improvisations selon un canevas dramaturgique très précis. Notre travail est entièrement polyphonique : il se compose de plusieurs modes d’expression indissociables, médias qui coexistent et font avancer la narration ensemble.

NOS MATÉRIAUX

Notre texte est donc constitué d’une langue polyphonique dont la synthèse crée la grammaire de notre tapuscrit. Il contient :
• Des textes et une structure dramaturgique écrit.e.s par les autrices
• Des extraits d’auteurs ou référence à leurs œuvres : Erri de Lucca ou Hanna Arendt par exemple
• Des séquences filmées pour le spectacle réalisées par Muriel Coulin
• Des enregistrements sonores de nos enfants
• Une création musicale originale à partir de documents réels
• La multitude de courriers échangés avec les interlocuteurs qui jalonnent le parcours pour mettre au jour les syndromes (médecins, école…)
• Les rapports médicaux, tests et schémas qui définissent les diagnostiques
• Des improvisations développées dans le temps de la représentation selon un canevas dramaturgique précis
• Une partition physique travaillée avec la chorégraphe Marion Lévy

« Sortir du cadre »

Le  spectacle sera associé à un programme d’actions pédagogiques. Sur plusieurs mois nous allons travailler avec une quinzaine d’élèves, tous porteur. se.s d’une différence (autisme, trouble de l’attention, du comportement, handicap, divers dys, haut potentiel, phobies…) Avec eux/elles  nous allons construire une exposition de leurs portraits, visuels et sonores. Pour ce faire nous allons leur proposer de construire leur autoportrait. Par l’écriture, l’enregistrement puis la photographie. Nous les guiderons, avec l’aide d’une photographe, pour qu’ils soient eux-mêmes les auteur.rice.s de leurs propres autoportraits. Ils décideront du cadre, du lieu, de ce qu’ils désirent montrer, ou cacher et dire. Ces portraits réalisés par des personnes différentes selon la norme admise permettront en effet à chacun (créateur.rice.s et visiteur.se.s) de s’interroger sur ce qu’est la différence. Se voit-elle ? Comment ?
Ainsi, c’est le monde lui-même et les injonctions de normes auxquelles nous devons nous conformer que nous interrogeons. Qui est différent ? Qui est malade ? Le monde et ses normes ? Que signifie être normal.e dans un monde malade ? Sortir du Cadre, vise à développer les compétences, l’expression personnelle et l’estime de soi par l’écriture, la pratique théâtrale, l’image, le travail sur le son. Par cette exposition, nous rêvons à la mise en place d’une forme de banalisation et de dédramatisation de la différence en la valorisant, en l’exposant. L’exposition sera visitable tout au long de l’exploitation du spectacle et accompagnera chaque date de tournée.


LA COMPAGNIE

MARE NOSTRUM, fondée par Valérie Thomas, est une compagnie protéiforme : elle développe une recherche spécifique de nouvelles formes contemporaines, et la création de ponts entre différentes formes artistiques comme le théâtre, la performance, la vidéo, le témoignage, le documentaire. C’est au cœur de cette dynamique artistique que Vanessa Bettane & Séphora Haymann, en charge du pôle théâtre, ont choisi de créer leur premier spectacle A BETTER ME (2013/2015, Etoile du Nord, Théâtre Paris-Villette et théâtre de Belleville) et de poursuivre leur recherche dramaturgique et esthétique avec MAINTENANT QUE NOUS SOMMES DEBOUT (Théâtre de Belleville, Manufacture Avignon 2017, Scène Nationale du Sud Aquitain…)

Pour chaque création, Séphora et Vanessa partent de leurs expériences et de leurs questionnements en lien avec le monde qui les entoure. Chaque spectacle peut se voir seul ou dans la perspective d’un chemin aussi bien dramaturgique qu’intime que les deux créatrices empruntent et initient.


DOSSIER DE PRESSE


PHOTOS



©Pauline Le Goff

LES PLATEAUX SAUVAGES : REGARD SUR… ET LEURS CERVEAUX QUI DANSENT


CALENDRIER

Octobre 2020 : résidence Grange Dimière – Théâtre de Fresnes
Janvier 2021 : résidence Studio Théâtre de Stains
Mars 2021 : résidence de création Plateaux Sauvages

15 et 16 mars 2021 : Plateaux Sauvages à 11h et 15h / présentations professionnelles
2 avril 2021 : 2 représentations au Studio Théâtre de Stains à 14h et 21h / présentations professionnelles

14 et 15 septembre 2021 : Les Plateaux Sauvages dans le cadre du temps fort « Avant la nuit » à 20h 
30 septembre 2021 : Théâtre de Stains à 14h et 20h45
30 novembre 2021 : Théâtre Luxembourg de Meaux