COLLECTIF MxM

www.collectifmxm.com


La Mouette est une comédie, écrit Tchekhov. Une comédie dans laquelle, pourtant, la mort frappe comme la foudre, et qui s’achève sur ces mots : « Il y a que Konstantin vient de se tuer ». Annoncée un instant avant le tomber du rideau, la mort de Treplev ne sera à jamais suivie que de silence, et entourée de mystère. On pourra dire qu’il meurt d’avoir définitivement perdu Nina, ou de ne pas avoir réussi à être l’artiste qu’il rêvait de devenir. Je formule une troisième hypothèse, qui n’exclut d’ailleurs ni la première, ni la deuxième.

Le drame de Treplev a quelque chose à voir avec la tragédie d’OEdipe. Avant que Trigorine n’entre dans la vie d’Arkadina, Treplev et sa mère vivent seuls. Sans père. Tchekhov insiste tout au long du texte sur la grande beauté de cette femme de quarante-trois ans, mais aussi sur sa fraicheur. Dorn ne prétend-il pas qu’elle paraît plus jeune que Macha, âgée seulement de vingt-deux ans ? Et si Treplev était amoureux de sa mère ? S’il la désirait ? Si, même, la relation avec Nina – qui rêve de devenir l’actrice qu’est Arkadina – pouvait être envisagée comme une forme de transfert, ou le moyen tout à la fois de vivre et de contourner le tabou ? L’objectif premier de cette adaptation de La Mouette est d’explorer la relation fils/mère, et d’écrire l’amour fou d’un fils pour sa mère. L’amour fou, et la douleur : Treplev est mal aimé, ou trop peu, ou pas comme il le souhaiterait.

Dans la pièce, le projet réformateur de Treplev ne sera donc pas sans lien avec l’intime. Avec sa mère en particulier, et avec l’amant de celle-ci qu’il jalouse autant qu’il méprise.


LE COLLECTIF EN QUELQUES MOTS

À l’intérieur du cadre qu’est l’image et dans l’instant qu’est la représentation, les créations du Collectif MxM tentent de révéler un fragment de cet hors-champ bien plus vaste que soi, que ce que l’on perçoit. Des gouvernances médiatiques et économiques au pouvoir personnel, du monde du travail à la famille et ses secrets, de l’événement à son impact sur les corps, MxM aborde l’être : de quelle manière nos héritages affectifs, nos états intérieurs, influencent-ils notre relation à l’autre, à ce qui nous entoure ? Quelle part d’intimité contient la fiction ? Et l’intime, est-il fiction ? Leur recherche collective porte sur l’usage des nouvelles technologies comme outils narratifs et place l’écriture théâtrale au cœur d’un dispositif cinématographique en temps réel et à vue. Les temporalités s’y entrelacent dans la réalisation d’un film éphémère : le théâtre remettant « au participe présent » les images infinitives du cinéma, la dramaturgie s’inscrit alors dans cet interstice tendu entre ce qui se joue et ce qui est filmé. Ce méta-théâtre qui s’élabore lors même de la représentation, incertain et inachevé, est un théâtre qui regarde autant qu’il est regardé.


PRODUCTION-DISTRIBUTION

mise en scène Cyril Teste • d’après Anton Tchekhov • traduction Olivier Cadiot • avec Vincent Berger, Olivia Corsini, Katia Ferreira, Mathias Labelle, Liza Lapert, Xavier Maly, Pierre Timaitre, Gérald Weingand •  collaboration artistique Christophe Gaultier et Marion Pellissier • assistanat à la mise en scène Céline Gaudier • dramaturgie Leila Adham • scénographie Valérie Grall • création lumière Julien Boizard • création vidéo Mehdi Toutain-Lopez• images originales Nicolas Doremus et Christophe Gaultier • création vidéos en images de synthèse Hugo Arcier • musique originale Nihil Bordures • ingénieur du son Thibault Lamy • costumes Katia Ferreira assistée de Coline Dervieux • direction technique Julien Boizard • régie générale Simon André • régie plateau Guillaume Allory, Simon André, Frédéric Plou et Flora Villalard • régie lumière Julien Boizard ou Nicolas Joubert • régie son Nihil Bordures, Thibault Lamy ou Mathieu Plantevin • régie vidéo Claire Roygnan, Baptiste Klein ou Mehdi Toutain-Lopez • cadreurs-opérateurs Marine Cerles, Nicolas Doremus, Christophe Gaultier et Paul Poncet • administration, production et diffusion  Anaïs Cartier, Florence Bourgeon et Coline Dervieux • © photos Fernanda Montoro et Michel Labelle pour les photos de répétition

Certaines vidéos de Hugo Arcier sont extraites de De rerum natura.
Le décor a été construit par Artom Atelier.
Les images sont assemblées et diffusées avec le media server Smode.

Production Collectif MxM • Avec la Fondation d’entreprise Hermès dans le cadre de son programme New Settings • Coproduction Bonlieu Scène nationale Annecy, Théâtre du Nord CDN de Lille Tourcoing Hauts-de-France, Printemps des Comédiens, TAP-Théâtre Auditorium de Poitiers, Espace des Arts Scène nationale de Chalon sur Saône, Théâtre de Saint-Quentin-en-Yveline-Scène Nationale, Comédie de Valence-Centre dramatique national Drôme Ardèche, Malraux, Scène nationale de Chambéry, Le Grand T, Théâtre de Loire-Atlantique, Théâtre Sénart-Scène nationale, Célestins-Théâtre de Lyon, Scène Nationale d’Albi, Le Parvis Scène nationale Tarbes Pyrénées, Théâtre Vidy, Lausanne, CDN Orléans Centre-Val de Loire, La Coursive Scène nationale de La Rochelle •  Avec le soutien et l’accompagnement du Fonds de dotation Francis Kurkdjian, du DICRéAM, de Smode Tech, du programme de coopération territoriale européenne INTERREG V France-Suisse dans le cadre du projet PEPS Annecy-Chambéry-Genève-Lausanne, du Théâtre Monfort, de la MaisonJacques Copeau


PHOTOS

 


©Simon Gosselin


DOSSIER DE PRESSE


CALENDRIER 2021/2022

Du 6 au 10 octobre 2021 – Bonlieu Scène nationale Annecy (74)
Du 13 au 15 octobre 2021 – Malraux, Scène nationale de Chambéry-Savoie (73)
Du 9 au 18 novembre 2021 – Les Gémeaux, Scène nationale de Sceaux (92)
Du 25 au 27 novembre 2021 – Les Quinconces, Scène nationale du Mans (72)
Les 6 et 7 décembre 2021 – Le Grand R, Scène nationale de La Roche sur Yon (85)
Du 16 au 18 décembre 2021 – Espace des Arts, Scène nationale de Chalon sur Saône (71) 
Les 5 et 6 janvier 2022 – La Coursive, Scène nationale de La Rochelle (17) 
Les 13 et 14 janvier 2022 – Points-Communs, Scène nationale de Cergy (91)
Les 20 et 21 janvier 2022 – L’Archipel, Scène nationale de Perpignan (66)
Les 26 et 27 janvier 2022 – Le Parvis, Scène nationale de Tarbes-Pyrénées (65)
Les 10 et 11 février 2022 – CDN de Sartrouville (78)
Les 16 et 17 février 2022 – Théâtre + Cinéma, Scène nationale Grand Narbonne (11)
Du 2 au 12 mars 2022 – Les Célestins, Théâtre de Lyon (69)
Du 22 au 26 mars 2022 – Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine (33)
Du 31 mars au 2 avril 2022 – Théâtre Sénart, Scène nationale (77)
Du 6 au 8 avril 2022 – La Rose des Vents, Scène nationale de Villeneuve d’Ascq (59)
Du 14 au 30 avril 2022 – Théâtre des Amandiers, CDN de Nanterre (92)
Les 12 et 13 mai 2022 – Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, Scène nationale (77)
Du 17 au 19 mai 2022 – Théâtre & Auditorium de Poitiers, Scène nationale (86)
Les 15 et 16 mai 2022 – CDN Orléans (45)