Tréteaux de France, Centre dramatique national

dirigé par Robin Renucci

 www.treteauxdefrance.com


Histoire
L’Avaleur, écumeur de grands fonds, génie du rachat d’entreprises, prédateur, drôle, compulsif, fascinant, possède un furieux appétit, appétit de vie, de pouvoir, d’argent, de tout. Il a en ligne de mire une entreprise attirante car florissante. En face, le PDG et son assistante, plus âgés, ont donné leur vie à l’entreprise. Ils croient en l’élargissement du bien-être général par l’industrie, ils aiment leur métier, se sont battus pour traverser les crises et en sont fiers. Le PDG donne le cap comme un capitaine confiant. À travers le regard du directeur exécutif de l’entreprise, narrateur conscient de la nouvelle donne qui se joue devant lui, le spectateur est placé face à ces deux camps, oscillant entre fidélité et détachement, lutte et désengagement.

Intentions
Il y a toujours un dévoré et un dévorant dans le monde qui nous est proposé comme modèle, celui du capitalisme, ce monde où le profit personnel prend souvent le dessus sur le collectif et le social. Il m’a semblé intéressant de mettre en scène une pièce qui nous permette de réfléchir à notre époque et d’entrevoir la prochaine. Nous sommes certainement à la fin d’un cycle et à l’amorce d’un nouveau, nous le sentons. Edgar Morin parle de mue, de métamorphose. De quel monde héritons-nous ? Dans quelle mutation sommes-nous ? C’est le sujet même de la pièce de Jerry Sterner. Celui que l’on nomme l’avaleur, c’est le dévorant. Il attaque goulûment un système en équilibre. En l’occurrence il s’agit d’une entreprise qui fonctionne, qui a traversé les crises, qui plus est une entreprise dans un secteur moderne et porteur : les câbles, les réseaux de fibres optiques, autrement dit la communication, le fait de relier les gens et de transmettre. À l’intérieur de cette cellule en pleine activité, va intervenir une autre cellule, cancéreuse en quelque sorte. Et nous allons assister en direct à la destruction de l’équilibre de l’entreprise traditionnelle. C’est la compétitivité qui en est la cause, c’est aussi la recherche du profit personnel, l’avidité, la volonté de pouvoir, la volonté d’asservir.

Les conflits au théâtre sont toujours riches en enseignements. Cette pièce est éclairante car l’Avaleur représente, à lui tout seul, un système, une société qui devenue dévorante. Attention, cet ogre est séduisant, il est plaisant, jubilatoire même, plein d’humour et d’énergie vitale. C’est d’ailleurs l’une des caractéristiques de nos sociétés. À l’intérieur même d’un système destructeur, mortifère, tout est fait pour que cette opération soit séduisante. L’ogre n’est jamais caché, jamais masqué, il s’affiche au contraire, il apparaît tel quel avec cynisme, dans sa compulsion de nourriture, son désir d’engouffrer. Il est séduisant comme les monstres des contes. On est attiré par le spectacle de sa goinfrerie : il faut croire que c’est, chez l’homme, cette part éternelle Eros-Thanatos, pulsions de désir et de mort liées. La mort prend le dessus parce que l’homme l’accepte et qu’il laisse une place pour cela ; il assiste à ce travail carnassier avec une sorte de joie. Comme la chèvre de monsieur Seguin qui au fond est une victime consentante. Tout est accepté avec une certaine résignation. Ce processus, la pièce le met en lumière. Robin Renucci


DISTRIBUTION

d’après Other People’s Money de Jerry Sterner
mise en scène Robin Renucci

avec Nadine Darmon, Marilyne Fontaine, Xavier Gallais, Robin Renucci et Jean-Marie Winling

traduction Laurent Barucq
adaptation Evelyne Lœw
scénographie Samuel Poncet
costumes Thierry Delettre
lumière Julie-Lola Lanteri-Cravet
maquillage et coiffure Jean-Bernard Scotto
musique Gabriel Benlolo
assistanat à la mise en scène Joséphine Chaffin et Julien Leonelli

durée 1 h 40 / à partir de 14 ans


PRODUCTION

production Tréteaux de France – Centre dramatique national
coproduction L’Arc – Scène nationale Le Creusot

résidence à la FabricA du Festival d’Avignon
remerciements à Pascale et Nicolas Cravero


VISUEL

l'avaleur

crédit Jean-Christophe Bardot


DOSSIER DE PRESSE


calendrier

06 mars 2018 • Théâtre du Vésinet, Le Vésinet
09 mars 2018 • Karavan Théâtre, Chassieu
13 mars 2018 • EPCC Bords 2 Scènes, Vitry-le-François
16 mars 2018 • Salle André Malraux, Sarcelles
22 mars 2018 • Les 3 Pierrots, Saint-Cloud
23 mars 2018 • Théâtre Luxembourg, Meaux
05 avril 2018 • Théâtre des Feuillants, Dijon
07 avril 2018 • L’Escapade, Hénin-Beaumont
17 avril 2018 • Le Rive Gauche, Saint-Etienne du Rouvray