CIE DAY-FOR-NIGHT

www.annemonfort.com

→ Voir Désobéir création 2018


HISTOIRE

Le Camp des malheureux retrace l’histoire de Morgane Poulette, une chanteuse junkie et de Thomas Bernet, acteur de séries à succès, dans un Londres qui oscille entre le glamour et les bas-fonds.

La Londonienne, c’est le chagrin de Morgane Poulette après la mort de Thomas Bernet et le reflet de ce chagrin dans Londres, dans un monde qui s’effondre, où la colère intime devient politique, où l’écriture évoque une maturité plus grande, jeunesse perdue et envie de résurrection.

Plutôt qu’une succession, les deux textes sont, comme l’indique l’auteur Thibault Fayner, une réinterprétation des mêmes éléments, deux variations d’une même histoire.

La mise en scène des deux textes se fera parallèlement, comme l’envers et l’endroit d’un même mythe. Certains éléments, des sons, la scénographie, des accessoires se retrouveront d’un texte à l’autre, comme les restes diurnes d’un rêve.


INTENTIONS

Le diptyque de Thibault Fayner m’apparaît comme un conte, un récit initiatique, qui rappelle les motifs mythologiques de la Belle au bois dormant- la mort commuée en sommeil, l’attente de adolescence, le réveil à la vie par la sexualité. D’où l’envie d’une scénographie très urbaine mais où la nature reprend ses droits, comme dans les représentations préraphaélites de la Belle au bois dormant, roide et confortablement endormie, assaillie par les ronces et les roses. Dans La Londonienne, divisée en cinq chapitres, seuls le premier et le dernier semblent narrer une fable et son évolution- du deuil de Morgane Poulette à sa rencontre avec un autre homme- les autres semblant des bulles, des souvenirs. Nous accentuerons, dans la lumière et la scénographie, ce passage du réel au rêve, du concret au fantasme.

Car c’est là aussi qu’est la spécificité de la langue de Thibault Fayner : les deux textes sont au « tu », et s’adressent à Morgane Poulette. J’ai fait le choix de travailler avec une seule actrice, à la fois narratrice et personnage, afin de travailler à la fois l’image et la prosodie, le concret de l’incarnation par le corps de l’actrice et le rapport direct de la narratrice au public. Seul l’étrange texte du « guérisseur », sorte de mort symbolique qui clôture le Camp des malheureux, sera pris en charge par un homme, en voix off, qui sera l’occasion d’un changement de plateau scénographique et sonore.

J’ai également décidé de ne pas incarner le rock chanté par l’héroïne, fondatrice du groupe Pain and Fury, – Thibault Fayner choisit de garder le mystère et il est difficile de savoir, à partir des éléments qu’il nous donne, s’il s’agit de rock anglais ou de pop française. Comme lorsqu’il parle de Londres, l’auteur crée un espace imaginaire, un territoire mental, composé d’éléments réels mais disparates. D’où l’envie de travailler sur une prosodie particulière, sur le rapport entre l’anglais et le français, la musicalité de ces deux langues croisées, sur l’impression de « déjà-vu » et d’inconscient collectif que créent parfois les noms, les sonorités du texte et le rapport des langues. La comédienne évoluera en dialogue avec un dispositif qui n’illustre pas la musique de Morgane Poulette évoquée par le texte mais traitera de la mélodie des sons urbains, et de la musicalité du souvenir.

Le spectacle sera amené à se créer sous plusieurs formes- une forme légère en décentralisation et une forme plateau, proposant un dispositif scénographique et lumineux qui incarne chacun des espaces mentaux de Morgane Poulette.

Le dispositif permet d’accentuer la distinction entre les deux parties : dans Le Camp des malheureux, la comédienne bouge très peu, en adresse au public ; la scénographie se révèle dans la deuxième partie : l’île où elle était dans la première partie, à la fois prison et refuse, s’avère être entourée d’une grande étendue d’eau, espace concret et onirique, laissant la part belle à l’image.

Anne Monfort


DISTRIBUTION

d’après Le Camp des malheureux suivi de La Londonienne de Thibault Fayner, éditions espaces 34, 2015
mise en scène Anne Monfort

avec Pearl Manifold et la voix de Jean-Baptiste Verquin

lumières Cécile Robin et Hugo Dragone
création sonore Emmanuel Richier
scénographie et costumes Clémence Kazémi
stagiaire à la mise en scène Marion Begin (Université de Besançon)
administration Coralie Basset
remerciements Quentin Barbosa, Genséric Coléno-Demeulenaere, Marianne Deshayes et Hélène Morelli


PRODUCTION

coproduction Day-for-night, Festival de caves 2017, Ferme de Bel Ebat-Guyancourt
avec le soutien de la SPEDIDAM, du Théâtre Paul Eluard, Scène conventionnée de Choisy-le-Roi, du Nouveau Théâtre de Montreuil – CDN, du Pôle Culturel d’Alfortville, de Théâtre Ouvert – centre national des dramaturgies contemporaines et du Théâtre National de Strasbourg.
Création avril 2017 dans le cadre du festival de caves.
La Cie Day-for-Night est soutenue dans ses projets par la Région Franche-Comté/Bourgogne, par le Conseil départemental du Doubs et conventionnée par la DRAC Franche-Comté/Bourgogne.


PHOTO

Morgane Poulette

© Patrice Forsans


DOSSIER DE PRESSE


CALENDRIER

5 > 25 juillet 2019  La Manufacture, Festival off d’Avignon