CIE DU BREDIN

www.compagniedubredin.com

 


HISTOIRE

Mes deux grands-pères ont fait la première guerre. Comme pour beaucoup d’hommes, en parler fut souvent impossible. L’un a gardé ses secrets, ses émotions. Après sa mort, quelques croquis sont sortis d’un tiroir secret, carnets de dessins suivis d’annotations, relatant de sa vie comme dragon, puis soldat dans les tranchés, pour finir aviateur.
Mais rien. Ni ma grand-mère, ni leurs enfants ne sont en mesure de dire quoi que ce soit sur cette période. Pour cet homme comme pour beaucoup, il n’a pas été possible de parler. Le silence a probablement été leur moyen pour tenter d’effacer ces quatre ans de leur vie.

Pour l’autre, les traces de la guerre se lisaient directement sur son corps, ayant perdu une jambe, dans la Somme. Mais ce n’est que plus tard, lorsqu’il fut grand-père, qu’il s’est mis à raconter sa guerre, et plus particulièrement sa blessure. Mes cousins et moi, nous l‘accompagnions de temps en temps aux commémorations où, fasciné, je regardais ces hommes aux poitrines bardées de médailles.
C’est en étudiant la première guerre mondiale, puis en lisant Jean Giono, ou « Les Croix de Bois » que j’ai pris conscience de l’histoire de mes grands-pères et de ce qu’ils avaient pu endurer pendant ces années de guerre.
Au décès de mon second grand-père est sortie d’une cachette de son bureau une correspondance minutieuse et personnelle. Avec sa mère. Une lettre quasi quotidienne dont la chronologie correspond parfaitement avec le déroulé de la grande guerre. Fasciné par ces lettres, je m’en suis procuré d‘autres dans des publications ou dans des journaux de l’après-guerre conservés par mes grands-pères, relatant notamment le rétablissement des droit pour les femmes des fusillés pour l’exemple….

Je me suis passionné pour ces correspondances intimes entre l’arrière et le front au travers de ces histoires broyées dans le fracas de la guerre.
Les lettres se suivent et rendent compte avec des mots simples et sans le vouloir, du véritable visage de la guerre. Laurent Vacher


DISTRIBUTION

Texte et mise en scène Laurent Vacher 
Texte écrit à partir des lettres échangées entre les soldats et l’arrière durant la première guerre mondiale, avec des amateurs du Pays de Briey et de Chaumont, et des comédiens professionnels

Avec Clara Dumond, Marie-Aude Weiss
Accordéoniste Sonia Rekis
Musique Johann Riche


PRODUCTION

Coproduction et création en résidence au Théâtre Ici&là-Mancieulles et au Nouveau Relax-Chaumont

La Compagnie du Bredin est en résidence au Théâtre Ici&là-Mancieulles et à Château Rouge – Annemasse.
Elle est soutenue par le Ministère de la Culture-DRAC Lorraine et par la Région Lorraine.


PHOTOS

[vc_gallery type= »image_grid » interval= »3″ onclick= »link_image » img_size= »400×300″ images= »3604,3603,3602,3189″ custom_links_target= »_self » el_position= »last »] [vc_row el_position= »last »] [vc_column_text el_position= »first last »]

Crédits photos : Christophe Raynaud de Lage / utilisation soumise à des droits : raynauddelage@gmail.com  / 06 74 49 57 68


DOSSIER DE PRESSE


REVUE DE PRESSE


CALENDRIER 

27 > 29 avril 2016 •  Pays de Briey
27 avril à 20 h 30 au Théâtre Ici et Là / La Menuiserie (rue du Carreau de la Mine, 54790 Mancieulles)
28 avril à 10 h et 14 h  au Théâtre Ici et Là / Lycée Louis Bertrand de Briey  (27 Rue Albert de Briey, 54150 Briey)
29 avril à 10 h 30 au  Lycée Professionnel Jean Morette (1 Rue du Collège, 54970 Landres)
29 avril à 20 h 30 à la Salle Germinal (3 rue Victor Hugo, Quartier Joudreville 55240 Bouligny)