Tréteaux de France, Centre dramatique national

dirigé par Robin Renucci

 www.treteauxdefrance.com


LES TRÉTEAUX DE FRANCE, CDN

« Dans des sociétés où les savoir-faire sont érodés, je crois qu’il faut redonner aux gens la capacité d’individuation, c’est-à-dire d’être eux-mêmes, d’être porteur de leur voix, de leur parole, de leur corps dans l’espace, de leur souffle. La pratique artistique partagée, et particulièrement la pratique théâtrale, est une voie d’accès à cette capacité. Il appartient aux professionnels que nous sommes de permettre à chacun d’engager cette pratique. C’est ainsi que nous, humains, serons plus aptes à penser par nous-mêmes et à être des citoyens en rapport avec l’autre et avec notre monde. »  Robin Renucci

Robin Renucci est à la tête de ce Centre dramatique national, dont l’itinérance est la raison, depuis 2011. Les Tréteaux continuent à porter la voix du théâtre sur tous les territoires, en interrogeant les thématiques de notre temps. Pour y répondre, ils se tournent vers les esthétiques nouvelles et les forces émergentes du spectacle vivant. Continuité et contemporanéité des Tréteaux, tels sont leurs enjeux.

L’histoire des Tréteaux de France est celle de nos émerveillements, de ceux qui adviennent quand le spectacle soudain se révèle. Robin Renucci, acteur et metteur en scène, est convaincu que Création, Transmission, Formation et Éducation populaire sont les quatre axes d’un même défi. Il accole un autre qualificatif central à cette fabrique artistique : « nomade ». Des spectacles phares accompagnés d’actions artistiques tournent ici et là. En même temps, des artistes, sortes de défricheurs, inventent de nouvelles formes de relations aux territoires en s’y immergeant notamment au fil de Portraits de territoire .


ROBIN RENUCCI & LES TRÉTEAUX DE FRANCE – CDN

Fondateur et président de L’ARIA en Corse, Robin Renucci y organise depuis 1998 les Rencontres Internationales Artistiques. Il est aussi administrateur de l’ADAMI et président du Conseil d’Administration de L’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT). Il est professeur au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique (CNSAM). Il a été nommé directeur des Tréteaux de France par Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication et a pris ses fonctions en juillet 2011. Dans ce cadre, il développe un partenariat avec le Théâtre National Populaire.

Aux Tréteaux de France, il signe les mises en scène de Mademoiselle Julie d’August Strindberg en 2012, Le Faiseur de Balzac en 2015, L’Avaleur d’après Other People’s Money de Jerry Sterner en 2016, L’Enfance à l’œuvre en création au Festival d’Avignon 2017, La Guerre des salamandres de Karel Capek créé au festival Villeneuve en scène en 2018 et Bérénice de Jean Racine en 2019. Jouant dans L’Echange de Claudel, mis en scène par Christian Schiaretti en 2018, il met en scène Oblomov d’après Gontcharov, dont la première a eu lieu en septembre 2020 au Théâtre Dijon Bourgogne – Centre dramatique national. Il prépare actuellement une mise en scène de Andromaque de Jean Racine et de Blanche-Neige, Histoire d’un pr­ince de Marie Dilasser, pour le Festival L’Île-de-France Fête le théâtre.

Dans des sociétés où les savoir-faire sont érodés, je crois qu’il faut redonner aux gens la capacité d’individuation, c’est-à-dire d’être eux-mêmes, d’être porteur de leur voix, de leur parole, de leur corps dans l’espace, de leur souffle. La pratique artistique partagée, et particulièrement la pratique théâtrale, est une voie d’accès à cette capacité. Il appartient aux professionnels que nous sommes de permettre à chacun d’engager cette pratique. C’est ainsi que nous, humains, serons plus aptes à penser par nous-mêmes et à être des citoyens en rapport avec l’autre et avec notre monde. 
Robin Renucci

©Jean-Christophe Bardot


ANDROMAQUE

La guerre de Troie, interminable, s’est achevée dans la honte. Après cet horrible massacre, même le retour des héros tourne au désastre. Le dilemme se dresse face à la nouvelle génération, fils et filles des héros légendaires : suivre les pas de leur aînés en sombrant dans la violence vengeresse ou se détourner des erreurs passées pour avancer.
Pyrrhus, roi d’Épire, aime Andromaque, veuve d’Hector, qu’il retient captive avec son fils, Astyanax. Amour et devoir se confrontent à l’arrivée d’Oreste, ambassadeur des Grecs qui réclament la tête d’Astyanax, tandis que lui désire la main d’Hermione, fiancée de Pyrrhus. La folie des sentiments va alors déterminer la suite des événements : qui de l’amour ou de la mort vaincra ?
Subversif et surprenant, Racine montre que la violence n’est que nostalgie. Suicide, meurtre et psychose semblent être le destin de ceux qui ne veulent pas lâcher prise et entrer dans la réalité de leur temps.
+

Tournée :
16 et 17 novembre – Théâtre de Chelles
18 > 23 janvier – Le Pavillon Villette à Paris

BRITANNICUS

L’intrigue de Britannicus est une prise de pouvoir extraite de l’histoire romaine.
Ce coup de force permet l’émancipation et l’affirmation d’une personnalité, celle de Néron, futur empereur mégalomaniaque, placé sur le trône par les manoeuvres de sa mère, Agrippine. Dans la tragédie de Racine, les décisions politiques s’entremêlent aux pulsions libidinales de Néron, tout jeune adulte, à son sentiment brutal à l’endroit de Junie, la promise de son frère, Britannicus, « belle, sans ornements, dans le simple appareil / D’une beauté qu’on vient d’arracher au sommeil. »
Les luttes pour le pouvoir politique et sa passion naissante révèlent la véritable nature de Néron et son basculement vers sa personnalité profonde. Racine crée des personnages complexes qui donnent de la nature humaine une vision sans concession.
La mise en scène de Robin Renucci, dans une scénographie luxueuse et dépouillée, abandonne les distances théâtrales pour un jeu très concret, voire violent, qui met en avant l’âpreté des conflits politiques, la versatilité mafieuse des alliances familiales et la violence sexiste et sexuelle.
+

Tournée :
16 et 18 novembre 2021 – Théâtre de Chelles
20 novembre 2021 – Théâtre Jean Vilar à Suresnes
25 > 30 janvier 2022 – Le Pavillon Villette à Paris

©Sigrid-Colomyès

BÉRÉNICE

Présentée dans son intégralité, Bérénice est précédée en guise de prologue d’un texte de Nicolas Kerszenbaum. Sous la forme d’un générique déclamé en alexandrin, le contexte et les personnages seront introduits et conduieront progressivement le spectateur dans l’univers de la langue et de la rythmique de Racine.
Sans décor, les spectateurs font face aux comédiens pour entrer au plus près du désespoir de Bérénice, de ses illusions perdues, de Titus qui devra abandonner son amour d’enfance pour accomplir son devoir, d’Antiochus chevalier éconduit et confident impuissant. La maîtrise de l’alexandrin de Robin Renucci permet aux comédiens toute l’incandescence de la tragédie des sentiments qui se joue devant nous. Nous sommes face à trois jeunes gens qui vont grandir à travers leur amour de jeunesse, passer de l’enfance au monde adulte, du sentiment à la parole, des paroles à l’action.
Avec Bérénice, nous proposons un retour aux sources du théâtre : le verbe, les acteurs et le jeu.
+

Tournée :
13 novembre 2021 à 00h – Bourg-en-Bresse
17 > 18 novembre 2021 – Théâtre de Chelles
20  et 21 novembre 2021 – Théâtre Jean Vilar, Suresnes
30 novembre 2021 – Théâtre municipal de Fontblanche à Vitrolles
11 > 16 janvier 2022 – Le Pavillon Villette à Paris
27 et 28 janvier 2022 – Carré Sam à Boulogne/Mer
24 mars 2022 – Ville d’Ussel

©Olivier-Pasquiers

DANS LE SIMPLE APPAREIL

Les Tréteaux de France proposent des petites formes de Bérénice, Britannicus et Andromaque, pièces de Jean Racine, mises en scène par Robin Renucci. Ces petites formes sont conçues pour se jouer auprès d’un public scolaire et d’échanger dans un second temps, avec les élèves, autour des vers de Racine.
Bérénice, le drame des amours impossibles
Bérénice, Antiochus et Titus, vont déchirer leurs promesses de jeunesse et passer de l’insouciance à la responsabilité, du sentiment à la parole.
Britannicus, la naissance d’un tyran
Néron n’est pas un monstre, mais il va le devenir. Ici, les décisions politiques s’entremêlent aux pulsions libidinales de Néron, tout jeune adulte, à l’endroit de Junie, la promise de son frère, Britannicus.
Andromaque, la violence n’est que nostalgie
La guerre de Troie, interminable, s’est achevée dans la honte. Après cet horrible massacre, même le retour des héros tourne au désastre. Le dilemme se dresse face à cette nouvelle génération, fils et filles des héros légendaires : suivre les pas de leur aînés en sombrant dans la violence vengeresse ou se détourner des erreurs passées pour avancer.

Ces spectacles peuvent être accompagnés d’ateliers autour de l’alexandrin : parce que lire à voix haute est un plaisir, ces ateliers proposent de s’attarder sur les oeuvres de Racine pour découvrir certaines techniques propres à la prise de parole en public.

Tournée :
et

DOSSIER